Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > ACTUALITÉS > Grands dossiers > Les Seniors dans le 11e
 

Les Seniors dans le 11e

Acteurs essentiels de la vie de la cité

L'espérance de vie a augmenté de vingt ans en un demi-siècle. C'est une chance, à condition que l'âge ne devienne pas facteur d'exclusion. À Paris et dans le 11e, tout est entrepris pour permettre aux aînés une participation active à la vie de la cité et une qualité de vie optimale dans le respect de chacun, jour après jour, année après année.

De l'âge de la retraite à la perte d'autonomie, les besoins de chacun évoluent et la collectivité parisienne doit tenir compte des mouvements démographiques et sociologiques profonds de notre société. Parmi les thèmes de travail du futur schéma gérontologique figurent notamment : bien vivre le temps de la retraite en encourageant et en valorisant le rôle social des seniors dans la cité ; bien vivre dans la ville, en permettant l'adaptation de l'habitat et l'accessibilité des transports et de l'espace public ; vivre le mieux possible la perte d'autonomie enfin, en contribuant au maintien à domicile et au développement d'une offre adaptée en établissements.

Pour une retraite active
La retraite est une étape importante de la vie où une nouvelle place dans la société doit être trouvée.
À Paris, on peut ainsi bénéficier d'une offre extrêmement vaste en loisirs qui sont autant de possibilités de complicités nouvelles et d'enrichissement personnel. La section locale du Centre d'Action Sociale du 11e arrondissement offre par exemple plus de 11 000 places chaque année pour des spectacles, des concerts, des projections. De plus, dans les 9 clubs seniors du 11e, près d'une trentaine d'activités sont proposées comme des ateliers de conversation anglaise, des cours de danse de salon ou d'artisanat, mais également des conférences, des spectacles, des bals... À l'échelle de Paris, l'Université Permanente connaît un grand succès, tout comme la carte Senior+ qui offre aux Parisiens de plus de 55 ans l'accès gratuit à des activités sportives, encadrées par des professeurs diplômés, allant de l'aquagym au taekwondo.
Mais le vieillissement actif comprend également un encouragement à l'investissement citoyen qui est aussi pour les aînés une occasion de transmettre leur expérience. À Paris, 51 % des personnes de plus de 65 ans sont bénévoles alors qu'elles ne sont que 36 % pour l'ensemble de la population.
Le Conseil des Seniors du 11e, qui fut la première instance de ce type à Paris, contribue depuis 1996 à ce que le regard des aînés éclaire la décision publique. Ses membres sont aussi à l'origine d'actions de transmission en direction des plus jeunes. Citons également l'initiative lancée au Service Emploi de la Mission locale dans le 11e, qui met en œuvre des parrainages de jeunes en réinsertion professionnelle par des retraités ou salariés seniors de l'arrondissement. 90 jeunes sont suivis chaque année dans le cadre de ce dispositif.

Bien vivre dans la ville
Défendre un projet de société fait de mixité sociale et générationnelle, c'est aussi permettre aux aînés de continuer à vivre de plain-pied dans la ville. La question de l'accessibilité dans l'espace public est aujourd'hui prise en compte dans tout projet d'urbanisme. Et pour inciter les seniors à continuer à se déplacer, une politique volontariste est menée, permettant à 9 000 seniors du 11e de bénéficier chaque année d'une carte d'accès aux transports en commun.

Parallèlement, en matière de maintien à domicile, les sections locales du Centre d'Action Sociale délivrent une gamme complète de services allant de la téléalarme, au port des repas ou bien à la mise à disposition d'aides à domicile.
La Direction des affaires culturelles a aussi développé le portage à domicile de livres et de revues issus des fonds des bibliothèques parisiennes par des jeunes effectuant un Service civique volontaire.

Une ville solidaire avec ses aînés
Les contrastes économiques dans le 11e sont forts, avec, chez les plus de 75 ans, un revenu fiscal médian bien en-dessous de la moyenne parisienne. 1 823 personnes sont ainsi bénéficiaires de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA). Afin de lutter contre une précarisation croissante des seniors, Paris va bien au-delà de l'aide légale. Ainsi, a été étendu l'an dernier le dispositif Paris logement afin de donner plus de moyens au plus de 65 ans pour rester dans leurs logements. Cela correspond pour Paris à un budget annuel de 6 millions d'euros.

De plus, pour permettre à tous ceux qui en ont besoin de se faire accompagner de façon adaptée, la Ville a décidé d'exonérer les Parisiens âgés dont les ressources sont inférieures à 1 000 € de toute participation à l'APA (au lieu d'un seuil légal national fixé à 695 € pour une personne seule).
En ce qui concerne les équipements spécialisés, une des particularités du 11e est de disposer d'un grand nombre de résidences. Au total, ce sont 13 résidences appartements et une résidence services, tandis que deux établissements pour personnes âgées dépendantes complètent l'offre en la matière.
Pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, un nouveau lieu d'accueil de jour vient d'ouvrir dans l'arrondissement. Le Centre Marie de Miribel, géré par la Fondation Œuvre de la Croix-Saint-Simon, propose des activités de stimulation sensorielle et intellectuelle permettant de retarder les effets de la maladie.
Il constitue aussi un soutien très fort pour les familles et les aidants, ainsi mieux armés pour vivre la perte d'autonomie d'un de leurs proches. Ces structures d'un genre nouveau sont amenées à se développer dans Paris, qui comptera en 2014 plus de 450 places de ce type.