Ouvrir la recherche
Reportage

Les cantines scolaires offrent repas et matériel

Mise à jour le 03/04/2020
Depuis la fermeture des écoles, les cantines scolaires du 11e arrondissement tournent au ralenti. Au ralenti mais pas à l’arrêt, puisque 7 écoles accueillent les enfants des personnels soignants. À l’annonce de cette fermeture, la Caisse des écoles, service de la Ville de Paris qui assure la gestion des cantines scolaires, s’est donc retrouvée avec plus de matériel d’hygiène et de denrées alimentaires que nécessaire, ce qui lui a permis d’en faire don à ceux qui en avaient besoin.

Du matériel de protection pour les soignants

Christian Klédor est directeur de la Caisse des écoles du 11e arrondissement. Il explique : « Pour respecter les mesures de sécurité sanitaire en cuisine, nos agents utilisent au quotidien des charlottes, des masques, et des gants en latex. C’est un matériel de protection, que nous n’utilisons pas en tant que matériel médical, mais qui peut être utilisé comme tel. »
Toutes les Caisses des écoles de la Ville ont un stock de matériel d’avance. À la demande de la Maire de Paris, le stock inutilisé de tous les arrondissements a donc été centralisé. « On a donné tout ce qu’on avait en magasin central. On en a seulement gardé une petite partie, pour nous permettre de continuer à fonctionner dans les écoles qui accueillent des enfants de personnels soignants, et de faire face à d’autres demandes éventuelles de production de repas. »
Rien que pour le 11e arrondissement, 17 500 charlottes, 7300 masques, 350 boîtes de 100 gants en latex et 600 kits visiteurs (surchaussures, charlotte, masque et blouse) ont été récupérés. « Ils ont ensuite été distribués par la Ville aux personnels soignants qui en avaient besoin. »

Le don de denrées alimentaires

En plus du matériel de protection, la Caisse des écoles disposait de plus de denrées alimentaires que nécessaires, dont des denrées périssables. Elle a donc contacté les Restos du cœur pour leur donner ce qui pouvait leur servir : « On a donné 960 yaourts, du gruyère râpé, des fruits… On a regardé tout ce qu’on avait dans nos stocks qui pouvait être distribué directement aux personnes qui en ont besoin. »

Des repas cuisinés pour les Restos du coeur

Depuis le 1er avril, les cantines scolaires cuisinent également pour les Restos du cœur.
« Les Restos du cœur nous livrent les denrées qu’ils ont en stock, et à partir de ça on va élaborer un repas froid en barquette, pour qu’il soit distribué dans la rue, lors des maraudes, à des personnes qui n’ont pas la possibilité de réchauffer leurs repas. On complète avec notre propre stock. Le premier jour, on a par exemple complété la livraison avec des pâtes pour élaborer des salades froides pâtes / maïs / tomates / emmental.
Ensuite, les Restos du cœur viennent récupérer les repas, et pour optimiser les déplacements ils nous livrent les denrées pour l’élaboration du repas du lendemain. »
Pour aller plus loin et diversifier les menus, Christian Klédor étudie la possibilité de récupérer auprès de ses fournisseurs habituels de quoi cuisiner des repas plus consistants : quiches, pizzas, tortillas… Avec pour objectif d’assurer des repas pour le samedi, voire le dimanche.
« On est en capacité de produire environ 3 000 repas par jour : pour l’instant on en fabrique un peu plus de 1 600 par jour, ce qui est déjà énorme. On espère pouvoir en fournir plus, mais ça se fera à la demande des Restos du cœur : c’est l’association qui estime le nombre de besoins en repas sur le terrain. »

« Tous les agents sont volontaires »

Dans les cuisines, on applique les gestes barrières pour protéger le personnel, constitué uniquement de volontaires. « J’ai énormément de personnel volontaire à disposition. Ce sont vraiment des agents volontaires, qui tiennent absolument à se rendre utile dans cette période un peu spéciale. Comme il y en a beaucoup, cela me permet même d’envisager de faire tourner les équipes, pour éviter l’épuisement, parce que les journées de travail sont beaucoup plus longues que les journées de travail classique.
Si les Caisses des écoles d’autres arrondissement nous en font la demande, on est aussi prêts à mettre à disposition un équipage pour la distribution des repas.
On est vraiment prêts, et le personnel est prêt à jouer ce rôle dans un esprit de solidarité et d’entraide. »

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations